seag_lagerstaetten_1151x460_v0100

Réservoirs non conventionnels

Gaz de réservoir compact (tight gas)

Ledit «Tight Gas» ou gaz de réservoir compact provient tout d’abord comme le gaz naturel d’un réservoir conventionnel. Les plantes marines et les micro-organismes qui se sont déposées au fond de la mer se sont transformés durant des millions d’années en gaz naturel confiné dans des roches profondes. Si la roche mère est meuble et poreuse, le gaz s’échappe vers le haut. Étant donné que les couches de roche peuvent se compacter sous la pression, le gaz reste confiné dans une telle roche devenue compacte (tight), et donne alors naissance audit gaz de réservoir compact.

 

Ces réservoirs non conventionnels ne peuvent pas être exploités à l’aide de forages classiques. Il manque les fines cavités d’où pourrait s’échapper le gaz vers le trou de forage. Par conséquent, pour exploiter ce gaz, il faut créer les cavités artificiellement. La roche mère doit être stimulée.

fr_infrakom_seag_grafik_05_konvent_unkonvent_gas_v0103_fr_tight gas

Gaz de réservoir compact (tight gas) en Suisse

Le gaz retenu dans une roche devenue compacte est appelé gaz de réservoir compact. Il ne peut pas remonter. En effet, hormis diverses couches de roches barrières, des formations rocheuses de quelque 2‘500 mètres d’épaisseur font office aussi de barrières de sécurité naturelles au-dessus du gaz de réservoir compact.

Image: SEAG
seag_schwamm_fein_2drittel-1drittel_v0100

Une éponge à petites pores symbolise du grès compact avec de petites pores mal reliées entre elles dans lesquelles le gaz de réservoir compact reste confiné.

Photo: iStock

Réservoirs en Suisse

On suppose la présence de gaz de réservoir compact sur le Plateau et dans le Jura. Les estimations actuelles font état d’un potentiel de 150 à 300 milliards de mètres cubes, ce qui permettrait de couvrir la consommation de gaz actuelle en Suisse pour une période de 45 à 90 ans.

fr_infrakom_seag_grafik_05_konvent_unkonvent_gas_v0103_fr_tight gas_karte

Réservoirs de tight gas en Suisse

Image: Geoform SA

Gaz de schiste

Ledit gaz de schiste provient tout d’abord comme le gaz naturel d’un réservoir conventionnel. Les plantes marines et les micro-organismes qui se sont déposées au fond de la mer se sont transformés durant des millions d’années en gaz naturel confiné dans des roches profondes. Si la roche mère est très compacte, le gaz y demeure piégé. Ce gaz lié à la roche est appelé gaz de schiste.

 

Pour pouvoir exploiter le gaz de schiste, il faut créer des cavités artificielles, des sortes de fissures, par lesquelles le gaz peut alors s’écouler vers le trou de forage. La roche mère doit être stimulée.

fr_infrakom_seag_grafik_05_konvent_unkonvent_gas_v0103_fr_unkonventionelle lagers_schiefergas

Gaz de schiste

Le gaz confiné à l’intérieur du schiste depuis sa formation est appelé gaz de schiste. Il ne peut pas remonter vers la surface. En effet, hormis diverses couches de roches barrières, des formations rocheuses de quelque 2‘500 mètres d’épaisseur font office aussi de barrières de sécurité naturelles au-dessus du gaz de schiste.

Image: SEAG
seag_iagerstaetten_schieferstein_2spaltig

Schiste compact avec de petites pores pour ainsi dire non communicantes où le gaz de schiste est confiné.

Photo: iStock

Réservoirs an Suisse

On suppose la présence de réservoirs de gaz de schiste dans le sud du Plateau. Les estimations actuelles font état d’un potentiel de 120 milliards de mètres cubes, ce qui permettrait de couvrir la consommation de gaz actuelle en Suisse pour une période d’environ 35 ans.

fr_infrakom_seag_grafik_05_konvent_unkonvent_gas_v0103_fr_unkonventionelle lagers_schiefergas_karte

Réservoirs de gaz de schiste en Suisse

Image: Geoform SA

Gaz de charbon

Les mineurs craignent les coups de «grisou» confiné dans les couches de charbon et qui pénètre dans les gaines à travers de petites fissures. Une veine est un réservoir de matière première, ici par exemple le charbon, qui court parallèlement aux couches de roche. Dans les veines de charbon, le gaz est lié à la roche.

 

Le gaz de roche est extrait aussi bien au moyen de forages verticaux classiques que par le biais de stimulations.

fr_infrakom_seag_grafik_05_konvent_unkonvent_gas_v0103_fr_unkonventionelle_lagers_kohlefloezgas

Gaz de charbon

Gaz présent dans le charbon.

Image: SEAG
seag_iagerstaetten_kohlefloez_2spaltig

Veine de charbon typique

Photo: Ulrich Stefanski

Réservoirs en Suisse

On suppose la présence de gaz de charbon dans le nord de la Suisse. Des réserves pourraient également se trouver enfouies plus au sud sous le bassin molassique, mais à des profondeurs considérables. Le potentiel en Suisse n’est pas connu à l’heure actuelle.

fr_infrakom_seag_grafik_05_konvent_unkonvent_gas_v0103_fr_konventionell_Karte Kopie 3

Réservoirs de gaz de charbon en Suisse

Image: Geoform SA

Hydrates de gaz

Les hydrates de gaz sont des blocs de glace dans lesquels le gaz et l’eau sont intimement liés. Avec le pourrissement de matériaux organiques issus de plantes et d’animaux, du gaz s’est formé au fond de la mer. Si l’eau est saturée de gaz, des blocs de glace et de gaz peuvent se former à environ 500 m de profondeur à une température de 2 degrés celsius. Les hydrates de gaz sont les plus grandes ressources de combustibles fossiles, mais sont toutefois difficiles à extraire.

 

Les hydrates de gaz sont surtout situés sous le fond des mers le long de presque tous les pays continentaux ainsi que dans les plateaux continentaux de l’arctique. Aucun réservoir n’est connu en Suisse.

seag_iagerstaetten_gashyd_links_2spaltig

Hydrates de gaz

Hydrates de gaz sont des pièces de glace brûlante.

Photo: Wikimedia commons
seag_iagerstaetten_gashyd_rechts_2spaltig

Structure des hydrates de gaz

Photo: Bateau de recherche «FS Sonne», 2002