Header_Noville_Himmel

SEAG Vision

Gaz indigène

Nous disposons du gaz et n’en utilisons pas! Nous brûlons de plus en plus de gaz en Suisse. Entre 2000 et 2013, la consommation de gaz a augmenté d’environ un tiers. Sur la consommation globale d’énergie, cela représente une hausse de 11.1% à 13.5%. En d’autres termes, le gaz est de plus en plus important pour la Suisse.

 

Et il en sera de même à l‘avenir. La Stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral mise sur des énergies renouvelables et sur le gaz. Rien que pour couvrir le besoin national en électricité jusqu’en 2050, le Conseil fédéral considère qu’il est nécessaire de disposer de plusieurs centrales à gaz à cycle combiné (CCC, gaz et vapeur). Selon les propres termes du Gouvernement, «La Suisse a besoin de gaz jusqu’à ce que les énergies renouvelables soient disponibles».

 

Rien à objecter, sinon le fait que la Suisse importe déjà aujourd’hui tout le gaz dont elle a besoin. La dépendance de l’étranger va s’accroître. C’est délicat, d’autant plus que la Russie fait partie aussi directement et indirectement des fournisseurs.

 

Cette dépendance n’est pas une fatalité. Les géologues estiment les réserves de gaz exploitables en Suisse à près de 450 milliards de mètres cubes, ce qui assurerait l’approvisionnement de notre pays en gaz indigène durant environ 100 ans.

 

La SEAG et son partenaire se sont fixés comme objectif de prospecter le sous-sol et d’exploiter ce gaz.

En bref:

100% d’autoapprovisionnement au lieu de 100% de dépendance de l‘étranger.

L’argent demeure en Suisse.

Le gaz remplace le pétrole = ¼ de CO2 en mois = protection climatique renforcée.

Le gaz indigène complète les énergies renouvelables.

Sources

Office féderal de l’énergie (OFEN): Statistique globale suisse de l’énergie 2010 / 2013

 

Message relatif au premier paquet de mesures de la Stratégie énergétique 2050

 

Prognos AG: Die Energieperspektiven für die Schweiz bis 2050, 12.09.2012