Dommartin: Forage d’exploration

Un consortium des entreprises suisses PEOS SA et SEAG projéte un forage d’exploration à Dommartin. Le forage prévu est un forage profond conventionnel à la verticale qui devra démontrer s’il y a du gaz. Ceci n’a rien à voir avec du « fracking » ou du gaz de schiste.

Dans les années 2012/2013 le consortium de PEOS (90%) et SEAG (10%) a réalisé une campagne sismique majeure dans le Gros de Vaud et le Canton de Berne avec des vibrateurs. Il en résulta cinq lieux de forage prometteurs. C’est-à-dire des structures souterraines dans lesquelles du gaz peut être piégé en remontant vers la surface.

 

Le consortium

PEOS SA: La mise en oeuvre et la réalisation du forage à Dommartin est entre les mains de PEOS SA (opérateur) appartenant à la maison texane eCorp. International, avec siège à Houston. eCorp Houston a débuté en 1978. La compagnie s’étant spécialisée dans les possibilités de réservoirs d’hydrocarbures. Oeuvrant au Texas, en Pennsylvanie, au Mississippi et en Alabama elle détenait, avec d’autres compagnies 20% de la capacité des réservoirs de gaz aux Etats-Unis. Depuis 2009 elle est active en Europe et possède, outre qu’en Suisse, des concessions et participations en France, en Angleterre, en Roumanie et en Bulgarie.

SEAG: SEAG possède le permis et maintient le contact avec les autorités et la population. La demande du permis de construction pour le terrain de forage sera au nom du consortium. La SEAG, fondée en 1956, appartenait – ainsi que la Société Anonyme des Hydrocarbures (SAdH) – au groupe SWISSPETROL. De celle-ci elle a repris toutes les données d’exploration après la liquidation du groupe SWISSPETROL. Elle détient plusieurs permis d’exploration en surface en Suisse travaillant avec le partenaire étranger susmentionné.

 

Slim-hole

La surface nécessaire pour un tel forage n’est que d’env. 90 x 90 mètres, c’est-à-dire 8’100 m2. Le temps effectif du forage ne sera que de 90 jours. La préparation ainsi que la remise en place du lieu prendra en tout 6 à 8 mois. Le budget financier se monte à env. 5 millions de CHF par forage. Comme moyen de forage on emploiera pour la première fois en Suisse un appareil « slim-hole ». Comme son nom l’indique il s’agit un forage à petit diamètre. On commence à la surface avec un diamètre d’env. 25 cm pour finir dans une profondeur d’env. 3’000 mètres avec un diamètre de quelques centimètres. Cette façon de procéder présente de grands avantages : le tout est beaucoup plus rapide, nécessite moins de place, moins d’eau et moins de déchets. Cependant de tels forages présentent également des inconvénients : En cas de découverte de gaz il ne serait pas possible de produire à partir d’un slim-hole. Une telle découverte devrait être testée afin de savoir si la quantité pourrait être commerciale. Dans un cas positif un deuxième forage normal en profondeur devrait être creusé. Ceci après avoir préalablement fait à nouveau toutes les demandes de permis nécessaires. Naturellement ceci s’avère beaucoup plus onéreux mais en connaissance du résultat. La tour de forage est automobile et sera amenée comme transport poids lourd jusqu’au lieu de forage par les routes normales.

 

Réunion informative

Préalablement le consortium a déjà informé les autorités communales ainsi que le propriétaire du terrain. Avec eux le consortium conculra des contrats correspondants ainsi que la préparation de la demande de permis de construction et d’exploration en profondeur. La tour de forage devrait être disponible dès janvier 2015. Les travaux de construction sur les sites commenceront après la moisson, c’est-à-dire en octobre/novembre 2015. Puisque le consortium veut forer tous les cinq forages les uns après les autres avec le même appareil de forage, l’ordre d’initier les travaux dépendra de la préparation des terrains. Pour les habitants le consortium prévoit de faire des réunions informatives. De même nous collaborerons étroitement avec le canton pour obtenir le permis d’exploration en profondeur sur la place de forage.

 

Information à la population de Dommartin